Démarrer sa collecte de fonds, Étude de cas

Depuis 2017, Esprit Mécénat conseille l’association Carib’Opera pour sa stratégie de collecte de fonds et accompagne le président et le directeur artistique dans leurs démarches auprès des grandes fondations et entreprises installées en métropole.

Après une première mission réussie en mai 2016 en Guadeloupe pour l’association Da Cantare, Esprit Mécénat poursuit son travail dans les îles antillaises avec le projet Carib’Opéra 2018 pour l’association Carib’Opera.

Comment démarrer une collecte de fonds ?

S’appuyer sur l’origine du projet

c. Carib’Opera – Jean-Loup Pagésy, artiste lyrique et fondateur, au centre de la photo

Créée en 2014 par un collectif d’artistes lyriques antillais, l’association Carib’Opera a d’abord développé un certain nombre d’actions et de propositions en direction des scolaires. Il y a d’abord eu la mise en place de résidences d’artistes au sein des établissements scolaires, en partenariat avec le Rectorat.

L’association a également organisé régulièrement des stages de chant, des master-classes avec les artistes ultramarins. Objectif : développer la connaissance du chant lyrique et de l’opéra dans deux départements d’outre-mer où l’offre culturelle classique est quasi-inexistante. Mais très vite s’est imposé l’idée de compléter ces propositions par une production d’un opéra sur place, avec des artistes tous issus des DOM-TOM, en prenant en considération les talents sur place, en faisant participer les plus jeunes. Un tel projet n’avait jamais été réalisé en Guadeloupe -les plus anciens se souvenant d’un Carmen dans les années 90-.

Carib’Opera s’est donc lancé dans la production de La Flûte enchantée pour avril 2018 en Guadeloupe pour permettre aux artistes de partager leur passion avec leur « famille » tout comme pour répondre à la trop rare diffusion d’œuvres lyriques dans ce département, et au besoin de formation. Cette manifestation était une occasion unique de mettre en valeur les chanteurs ultramarins dans leurs îles d’origine et de sensibiliser à cette pratique : en voyant des artistes professionnels sur scène, en entendant « pour de vrai » un opéra, le public aurait sous les yeux le résultat d’un travail de plusieurs mois, mené par une équipe totalement engagée et dédiée.

Faire un état des lieux Fundraising

(c. A Maurisson, avec son aimable autorisation et celle de Carib’Opera)

Esprit Mécénat a été sollicité très en amont de cette production, car l’association souhaitait dès le départ pouvoir diversifier ses ressources et ses modes de financement, compte-tenu du budget envisagé, habituellement important lorsqu’il s’agit d’une production d’opéra, mais qui en Guadeloupe, augmentait pour faire face à la situation d’insularité et de manque de structures ad hoc.

Il était important de démarrer par un état des lieux (perceptions internes, chiffres-clés, informations qualitatives, … ) pour l’association, mais plus généralement de la situation du mécénat en Guadeloupe, et des pratiques déjà en cours. Comprendre les particularités locales est incontournable pour une levée de fonds mécénat, mais aux Antilles, c’est simplement obligatoire. Le tissu économique est limité par l’insularité, la continuité territoriale est un challenge rencontré par tous. (Contactez-nous si vous souhaitez mener une démarche similaire).

Travailler un argumentaire dédié au mécénat territorial

Dans l’ADN de l’association, l’origine ultramarine est primordiale. Les artistes fondateurs ou amis du collectif Carib’Opera sont tous issus des îles de la Guadeloupe, de la Martinique ou de la Guyane. Chacun a un parcours particulier qui trouve son explication dans cette origine : découverte tardive du chant lyrique en arrivant en Métropole, nécessité de poursuivre sa professionnalisation dans un conservatoire dans l’Hexagone, obligation de faire carrière en métropole, monter sur les scènes de opéras en France et en Europe. Tous ont constaté, pour l’avoir vécu, que la Guadeloupe comme la Martinique n’ont pas les institutions culturelles pour permettre un accès et une pratique de la musique classique et lyrique de haut niveau ou une offre culturelle équivalente à celle de la France métropolitaine.

C’est dans ce constat que leur légitimité à proposer une production en 2018 trouve son origine, ainsi que la motivation d’aller chercher des entreprises locales à soutenir un tel projet (toute l’expertise de Esprit Mécénat).

(c. A Maurisson, avec son aimable autorisation et celle de Carib’Opera)

Une raison supplémentaire s’est vite retrouvée dans l’argumentaire mécénat pour les entreprises implantées en Guadeloupe et en Martinique : celle de mettre à l’honneur les talents antillais.

La production s’engageait pour une distribution quasi 100% ultra marine, mais aussi pour faire participer des jeunes des établissements scolaires de l’île, via le Jeune Chœur de Guadeloupe créé pour cette occasion.

Elle faisait appel à des musiciens locaux pour créer l’orchestre nécessaire à la production, à un conteur connu, Patrick Cheval pour assurer les passages parlés et racontés de l’opéra La Flûte Enchantée ; elle sollicitait des costumières et maquilleuses officiant sur place, qui sous la direction et les directives d’une metteuse en scène – Annie Milon, ont intégré des éléments créoles du carnaval dans les costumes.

Mettre en place un crowdfunding pour mobiliser le grand public

Au-delà de la mobilisation des entreprises locales, il nous paraissait important également de créer une communauté (voir la check-list avant de se lancer dans un crowdfunding) soudée autour de l’évènement, et d’être présents sur les réseaux sociaux, et particulièrement Facebook et Instagram.

L’association a mis en scène la préparation de cette production, en donnant régulièrement des informations sur l’avancement, le recrutement des solistes et leur présentation, les premières répétitions. L’association proposant depuis plusieurs années des cours et des stages de chant lyrique, elle a pu mobiliser un premier cercle via ses élèves et participants, et via le Jeune Chœur de Guadeloupe. Et a pu financer les costumes et décors grâce à un crowdfunding lancé quelques semaines avant le début des représentations.

Faire un bilan complet et capitaliser sur les relations de mécénat créées

Une fois la production passée, Esprit Mécénat a accompagné l’association pour faire un bilan complet, avec entre autre, un focus Fundraising afin de permettre à Carib’Opera de capitaliser sur ses acquis mécénat. Mécénat financier, mécénat en nature, mécénat de compétences, quelles avaient été les arguments forts et les freins rencontrés ? Y-avait-il eu des difficultés dans la mise en place du suivi ou des contreparties ? Comment le mécénat d’entreprises avait-il finalement répondu présent pour cet évènement ? Avec plus de 2000 spectateurs, 100 personnes sur scène et en coulisses, une couverture presse régionale atteinte alors qu’il s’agissait d’une grande première, Carib’Opera a pu créer un « momentum » significatif sur lequel s’appuyer pour ses prochaines démarches mécénat.

En savoir plus sur Carib’Opera

(C. Ariane Maurisson, avec son aimable autorisation et celle de Carib’Opera)