Mécénat et RSE : un nouveau paradigme pour l’entreprise post-covid ?

Aujourd’hui personne ne peut échapper aux termes “raison d’être”, “entreprise à mission” ou encore “RSE”. Que signifient ces verbatims ? Un nouveau paradigme pour l’entreprise ? Dans cet article, Esprit Mécénat clarifie et contextualise ces notions. Pour ce faire, nous nous sommes penchés sur un rapport mené par Admical, le Comité 21 et la Fondation de France en 2018 “ L’entreprise engagée : nouvelles frontières de la RSE et du mécénat”, et sur le sondages Tendances RH mené par Deloitte en 2018, ainsi que sur les tendances post Covid de l’engagement en entreprise.

 La RSE et le mécénat, deux disciplines complémentaires : « sœurs mais pas jumelles »

p.2 avant propos, par Frédéric Théret, Directeur du développement Fondation de France dans : L’entreprise engagée : nouvelles frontières de la RSE et du mécénat

La RSE est définie par la commission européenne comme l’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et environnementales à leurs activités commerciales et leurs relations avec les parties prenantes. Une entreprise qui pratique la RSE va donc chercher à avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable.

Les 17 ODD

La norme ISO 26000 donne des lignes de conduite à respecter afin de répondre aux 17 Objectifs du Développement Durable et à l’Agenda 2030. Standard international, elle définit le périmètre de la RSE autour de 7 questions centrales. La gouvernance, les droits de l’Homme, les relations et conditions de travail, l’impact de l’entreprise sur son environnement, la loyauté de ses pratiques, les questions relatives aux consommateurs, aux communautés et au développement local. 

L’Observatoire de la philanthropie différencie les deux notions. La RSE émane d’une logique endogène, et se rapproche souvent du domaine de l’activité de l’entreprise. Le mécénat est dit exogène car il concerne souvent des sphères éloignées de l’expertise de l’entreprise. (source : L’entreprise engagée : nouvelles frontières de la RSE et du mécénat p.3 Sylvaine Parriaux, anciennement Déléguée générale d’Admical). 

Le mécénat est alors appréhendé comme un levier de la politique RSE. Pour Esprit Mécénat, le mécénat dépasse les questions de générosité et s’inscrit dans une logique de responsabilité vis-à -vis de son territoire. De même, nous avons notre propre définition de la RSE : Responsabilité solidaire d’entreprise.

L’entreprise pré Covid, repensée au regard du développement durable

Depuis 2019, la Loi PACTE relative à la croissance et la transformation des entreprises repense la place de l’entreprise dans la société. Ses indicateurs de réussite ne sont plus seulement économiques, environnementaux, et sociaux. L’entreprise est perçue à travers les prismes des trois piliers du développement durable. D’après le sondage Tendances RH de Deloitte, en 2018, 70 % des entreprises sont conscientes des enjeux de la RSE, mais seules 30 % ont formalisé une politique de RSE. Le mécénat est une composante de la RSE en ce qu’il permet à l’entreprise de devenir un acteur à part entière de l’intérêt général sur son territoire par le don. 

Ce changement législatif s’inscrit dans une dynamique sociétale. En effet, les nouvelles générations de collaborateurs et de consommateurs ont développé des attentes en termes de RSE vis-à-vis des entreprises. En 2017, Cone communications CSR studies rapporte que  55% des collaborateurs estiment que l’engagement sociétal d’une entreprise est un critère plus important que le salaire. Ce nombre atteint 76 % chez les millenials, 92% chez la génération Z. En 2018 en France, 65 % des consommateurs, toutes générations confondues, choisissent d’acheter ou de boycotter une marque en fonction de ses prises de position. Cette tendance augmente chaque année, rapporte le sondage d’Elan Edelman par Earned Brand, en 2018

L’entreprise post Covid : de plus en plus concernée ?

La crise du Covid aura t-elle des effets délétères sur la générosité en France ? Avis aux pessimistes, les Français n’ont jamais été aussi généreux ! France générosités a publié cette semaine son baromètre de la générosité 2020 et nous permet notamment de mieux saisir l’impact de la crise #Covid sur les pratiques de don. Une étude qui intéressera sans aucun doute tout le secteur non-lucratif et les nombreuses associations qui collectent auprès des particuliers, puisque la générosité des particuliers progresse de 13,7%, appuyée notamment par la digitalisation des pratiques. France générosités révèle d’excellentes perspectives pour les particuliers, mais qu’en est-il des entreprises ? Le Baromètre 2020 d’Admical les a interrogées sur les effets de la crise du Covid sur leur budget mécénat, 63 % d’entre elles indiquent que la crise n’aura pas d’impact. 41% des entreprises souhaitent faire évoluer leurs axes d’intervention, 7 % affirment déjà qu’elles investiront de nouveaux domaines.

Ces perspectives du mécénat post COVID abondent dans l’idée d’une augmentation des pratiques de RSE dans les entreprises. Dans un article des Echos, Yann Queinnec, directeur général d’Affectio Mutandi, affirme que “Cette pandémie peut faire passer la RSE à l’âge adulte. La responsabilité sociétale et extra-financière devient le nouveau curseur éthique, guidant autant les modalités de recrutement et de rémunération, les budgets de R&D, l’adaptation de l’offre de produits et services, que les stratégies fiscales responsables.”

WE by Esprit Mécénat vous propose d’utiliser le mécénat comme axe de votre politique RSE. Nous facilitons votre impact positif sur des projets d’intérêt général près de chez vous. Grâce à notre base d’associations et de fondations, nous sélectionnons les projets d’intérêt général qui correspondent à vos critères de générosité et qui s’inscrivent dans les 17 objectifs du développement durable. Nous prenons en charge la prospection et les aspects administratifs de votre mécénat pour vous laisser le meilleur : l’humain et la synergie.