Qu’est-ce que le mécénat ?

Le mécénat s’est progressivement installé en France et il recouvre une réalité de pratiques qui est particulièrement utilisée pour évoquer la générosité et la solidarité des entreprises. Il existe en effet trois types de mécénat : mécénat financier, en nature, et en compétences.

Les motivations des entreprises à faire du mécénat

Si la disposition fiscale représente évidemment un avantage pour l’entreprise qui effectue un mécénat, force est de constater qu’elle n’est pas la raison première des entreprises dans leurs démarches de générosité : participer à l’intérêt général, s’engager sur le territoire, incarner les valeurs de l’entreprise et contribuer à l’engagement des collaborateurs sont le plus souvent les premières raisons invoquées par les entreprises qui poussent les entreprises à faire du mécénat

Le principe du mécénat financier

Le mécénat financier reste le type de mécénat le plus utilisé par les entreprises aujourd’hui en France. Il concerne en 2018, d’après l’Admical* (association référente dans le domaine), avec 92% des entreprises mécènes pour 84 % du budget total du mécénat français.

Le mécénat financier consiste très simplement, pour une entreprise, en un apport d’un montant en numéraire au profit d’un projet d’intérêt général, porté par une association ou une institution.

Le Baromètre Admical révèle d’ailleurs seule une entreprise sur deux en utilise le dispositif fiscal.

Mieux connaître le mécénat en nature

Le mécénat en nature est généralement réduit à la simple allocation de matériel d’une entreprise à une association. En réalité, il comprend tout type de dons et prêts de biens et d’immobilisations au profit d’une œuvre à intérêt général, et également l’exécution de prestations avec obligation de résultat.

Quelques exemples concrets pour illustrer :

Image by Wokandapix from Pixabay

– Le don d’un véhicule utilitaire à une association est un mécénat en nature ;

– Le prêt (la mise à disposition gracieuse) d’un local à une organisation, pour une réunion ou un atelier, est un mécénat en nature ;

– La réalisation d’une plaquette commerciale par une agence de communication pour une association est encore un mécénat en nature.

Le mécénat en nature est donc en réalité extrêmement divers, ce qui fait sa force. Aujourd’hui, en France, 39 % des entreprises mécènes effectuent du mécénat en nature (Admical, 2018)*.

Le mécénat en nature est croissant, car c’est parfois plus simple pour un chef d’entreprise de faire un don de produits que de faire un chèque équivalent à l’achat de ce type de produits pour l’association. Vigilance : il y a souvent une confusion entre le don de prestation, considéré comme un mécénat en nature, et la mise à disposition d’un salarié, considéré comme un prêt de main d’œuvre, et donc d’un mécénat de compétence.

Le mécénat de compétences, le point

Le mécénat de compétences possède plusieurs avantages, à la fois du côté de l’entreprise, et de l’association.

Le mécénat de compétences vu du côté entreprise

Image by Fauxels from Pexels

Il permet à l’entreprise d’engager ses collaborateurs sur des missions qui font appel à leurs compétences métier et leurs connaissance.

Autre atout, le mécénat de compétences permet de changer du « business as usual », et de rompre avec la routine quotidienne du travail chez les employés.

Il permet le développement de ce qu’on appelle les soft skills de ces derniers, « hors du bureau », ils sont libres d’appréhender, d’intégrer ou de renforcer des compétences managériales et de leadership, par exemple, ou d’autres types de compétences.

Enfin, il permet d’engager les salariés sur des missions pleines de sens et en accord avec les valeurs de l’entreprise. Un point non négligeable lorsque l’on sait que 63 % des collaborateurs trouvent légitime que l’entreprise propose à ses salariés de s’engager avec elle (IFOP 2019).

Le mécénat de compétences : de nombreux avantages pour l’association

Du point de vue de l’association, le principal avantage va être celui de pouvoir recevoir un regard neuf sur son organisation, et de corriger le tir sur certains aspects, s’il le faut. Aujourd’hui, le mécénat de compétences est pratiqué par 1 entreprise sur 5. Le fait est qu’il nécessite une certaine ingénierie interne qui reste plus facilement gérable au sein d’une entreprise de grande taille. Néanmoins, le mécénat de compétences a fait l’objet d’un intérêt croissant de la part des entreprises dans les trois dernières années et devrait largement se développer dans les années à venir : 36 % des entreprises n’ayant pas encore recouru au mécénat de compétences pensent y recourir à court et moyen terme (Admical, 2018).

En savoir plus sur le mécénat de compétence.

Législation et fiscalité du mécénat

Image by Pixaday from Pexels

Cet apport, comme tout mécénat, ouvre droit en France** à une réduction d’impôt égale à 60 % du montant du don, pris dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaire de l’entreprise. Une franchise de 20 000€ de don est accordée à toute entreprise avant de prendre en compte le plafond des 0,5% du CA (PLF 2020).

Ce même projet de loi de Finances 2020 stipule égalment que, pour une entreprise faisant au-delà de 4 millions d’€ de dons, la réduction fiscale ne serait plus que 40% pour les dons suivants. Cette disposition concerne les 78 plus grandes entreprises françaises. Toute l’actualité fiscale et législative du mécénat ici.

Esprit Mécénat peut vous accompagner dans la définition de vos pratiques de mécénat et dans la mise en place de vos premières actions de mécénat (nous contacter)

** Loi Aillagon du 1er août 2003